De la non-existence…

À la question « Qu’est-ce que bien parler? »,  une jeune fille de 16 ans a répondu « C’est dire des mots qui existent et des phrases qui se peuvent! ».  Cette jeune fille a, en quelques mots, réussi à résumer la pensée de bien des francophones.

Cette idée est en effet très répandue: les mots qui ne sont pas répertoriés dans les ouvrages de référence reconnus… n’existent pas.  Récemment, Le nouveau Petit Robert a inclus le mot magané dans sa nomenclature. Quel chance!  Auparavant, les locuteurs du français québécois l’employaient et le comprenaient, mais… il n’existait pas!

Maintenant, il suffit d’attendre que performerexiste. Il ne lui manque presque rien pour cela.  C’est un verbe intransitif du premier groupe qui possède un sens que tout le monde comprend.  Ce n’est pas comme louche-que-frouche ou tchoulifagne qui, eux, n’ont rien de tout cela!  Non, performer est en bien meilleure posture que ces deux mots-là… On pourrait même affirmer qu’il n’existe pas… un peu moins!

 

 

Ce contenu a été publié dans Linguistique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>