De la rectitude langagière (témoignage)…

Lorsque j’ai écrit mon billet sur la rectitude langagière, j’ai contacté un de mes étudiants, Pier-Luc Caron, qui est une personne à mobilité réduite. Je me souvenais qu’il m’avait déjà parlé des problèmes qu’il avait eus (et qu’il a encore) quant aux termes employés par les différentes institutions pour décrire sa condition .

Dans les musées ou les lieux culturels, il est une personne à mobilité réduite. Au ministère de l’Éducation, il est un étudiant ayant une déficience fonctionnelle majeure. À l’Université Laval, il est un étudiant en situation de handicap.

Je me souviens que la première fois que j’ai appelé à l’université, j’ai demandé à être transféré aux «Services adaptés» de l’université. La téléphoniste m’a dit que ces termes lui donnaient une trentaine de départements et que je n’étais pas assez précis pour sa recherche. J’ai fini par raccrocher, car elle n’a jamais réussi à trouver le bon nom de département. L’expression est à ce point complexe que personne ne peut la deviner ou la déduire.

Monsieur Caron s’est alors demandé quelle situation était la pire: le fait d’avoir de la difficulté à obtenir les services nécessaires à cause de la complexité de l’expression ou le fait d’entendre des mots qui pourraient paraître discriminants.

On a ici un bel exemple de cafouillage dans la rectitude langagière. En produisant des expressions obscures, les institutions, dans le but d’éviter toute discrimination, ne font qu’accentuer les difficultés déjà trop présentes dans la vie des personnes handicapées.

Adopter une nouvelle terminologie, ce n’est pas seulement choisir des mots neutres, c’est aussi choisir des expressions faciles à déduire, faciles à employer et, surtout, qui montrent une certaine uniformité d’une institution à l’autre.

D’ailleurs, parlant de mots neutres, il semblerait que le terme qui décrit l’accompagnateur des personnes à mobilité réduite dans les trains est une… escorte!

Ce contenu a été publié dans Société québécoise, Sociolinguistique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>