De la rectitude langagière (un autre témoignage)…

Voici maintenant le témoignage d’une de mes étudiantes, Audrey Trépanier. Je lui ai demandé de me dire si elle préférait qu’on dise d’elle qu’elle était non-voyante ou qu’elle était aveugle, et ce qu’elle pensait de toute la situation de la rectitude langagière au Québec. Je me permets de citer une grande partie du courriel qu’elle m’a envoyé: je ne saurais en imiter le style décapant!

Honnêtement, je trouve ce genre de débat assez ridicule merci. Je veux dire, certaines choses sont correctes, comme pour les Amérindiens, mais pour les non-voyants et les handicapés en général, selon moi, c’est n’importe quoi. […] Je crois que les débats sur notre « appellation », si je puis dire, sont une façon de se détourner des vraies questions, à savoir l’inclusion des handicapés comme citoyens à part entière. On dirait que la société fait tout pour éviter ces questions et nous faire fermer la gueule. Désolée, mais c’est carrément ça. On a un bonus à notre chèque de BS, on nous donne des tits prix à la con pour souligner notre courage, etc. Les reportages sur les handicapés sont presque toujours mièvres, sans véritable contenu, avec une tite musique en background genre Si fragile de Luc Delarochellière jouée au piano. En fait, c’est tout ou rien: soit ils montrent un aveugle qui a 12 bacs, 15 maîtrises, 98 doctorats, qui tond son gazon, qui marche jusqu’en Inde seul et sans canne, qui a 60 enfants, etc… Ou alors, on nous montre un aveugle dans un 1 1/2 insalubre qui braille sur son sort, qui n’a pas de famille, pas de blonde, pas d’amis, qui pue, qui fait donc pitié!!! J’exagère, bien sûr, mais c’est presque ça des fois!!! On est soit des superhéros ou des superzéros. Ne pourrait-on pas être juste ordinaires? Avoir notre tite job, notre tit chum ou notre tite blonde, notre tite maison ou notre tit appart, nos tits amis, notre tite vie, quoi!! Les débats sur l’appellation sont une preuve qui démontre que la société québécoise est faussement inclusive.
[…]
Bref…, tout ça pour dire que, personnellement, je me fous qu’on m’appelle aveugle ou non-voyante. J’ai entendu des gens m’appeler aveugle avec respect et d’autres utiliser non-voyante avec mépris. Comme dirait Daniel Bélanger 48 fois dans sa chanson Tu peux partir: « il y a la manière…. il y a la manière… il y a la manière… »

La réponse que m’a donnée madame Trépanier est beaucoup plus longue et beaucoup plus étoffée que cela. Elle l’a publiée sur sa page Facebook en demandant aux gens qui la lisaient de la faire circuler. Ce que je fais ici. Je suis très heureuse de pouvoir lui offrir cette humble tribune.

Ce contenu a été publié dans Linguistique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à De la rectitude langagière (un autre témoignage)…

  1. Enfin un peu de répartie! Je suis totalement en accord avec ce que Madame Trépanier a écrit. Faire des exceptions pour certaines personnes, ce n’est pas les traiter « à part égale »! Les personnes handicapées ne passent pas leur temps à se dire à quel point elles sont différentes des autres et à pleurer sur leur sort. Elles ne font pas pitié, du moins pas plus que celles qui ne sont pas handicapées! On a tous des problèmes et des différences, et ce n’est pas parce qu’ils sont physiques qu’il faut « faire plus attention ». Certes, on remarque plus rapidement quelqu’un en fauteuil roulant ou qui marche avec une canne, mais ce n’est pas une raison pour paniquer et sortir ses « euphémismes du dimanche ». Le respect et la courtoisie, c’est bon pour tout le monde, pas seulement les « minorités visibles ». Il n’y aura pas de malaise tant que personne n’en crée. Oui, parfois, en tant que personne handicapée, il faut compenser d’une certaine manière, mais le contraire est également vrai. Peu importe notre état physique ou mental, il y aura toujours un équilibre à faire dans votre vie. Je suis moi-même handicapée (et non ma mobilité n’est pas tant réduite!) et mon petit plaisir coupable est de faire des blagues sur mon handicap, et non je ne m’offusquerai pas si d’autres personnes font de même, tant que c’est fait de manière respectueuse. Alors, calmez votre crise euphémique, c’est normal pour nous d’être différents, tout comme ce devrait l’être pour vous aussi!

  2. Catherine Lachance dit :

    Wow! Ayant moi-même un handicap, je ne peux qu’être d’accord!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>