Des non-linguistes qui parlent à tort de la langue…

Il est toujours agréable de tomber sur un texte qui, dirait-on, met en d’autres mots ce que l’on tente d’exprimer dans les siens.  C’est ce qui m’arrive avec cet extrait d‘un billet de 2010 de Geoffrey K. Pullum:

What is the strange nature of linguistic subject matter that leads journalists, and writers of all sorts, to mouth off about it without a care, announcing random falsehoods as fact? Metallurgical claims are treated as needing at least some kind of fact-checking with metallurgists: you can’t just assert that lead is highly brittle at room temperature or that vanadium explodes if put in contact with water. But linguistic claims are left to the same sort of uncontrolled mouthing-off as totally subjective opinions about food or fashion.

Voilà.

Ce contenu a été publié dans Linguistique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>