De casseroler…

Le mouvement qui secoue actuellement le Québec est, beaucoup s’entendent pour le dire, très créatif. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter le tumblr Imagerie populaire, qui regroupe les meilleures images, témoignant ainsi de toute l’imagination dont peuvent faire preuve les citoyens qui sont actifs, de près ou de loin, dans ce mouvement.

Par ailleurs, si la loi 78 est contestée par plusieurs, elle a au moins l’avantage d’avoir permis la création d’un nouveau mot: le verbe casseroler. Ce mot, dérivé directement de casserole, est intéressant à plusieurs égards. D’une part, il montre la vitalité de la langue française et les outils qui sont mis à la disposition des locuteurs pour créer des mots lorsqu’ils en ont besoin. L’ajout du suffixe -er permet en effet de créer un verbe à partir d’un nom. Comme on a bouton et boutonner, saut et sauter, on a maintenant casserole et casseroler. D’autre part, le mot illustre de manière magistrale un principe d’économie linguistique qui veut que les nouveaux verbes appartiennent au premier groupe, c’est-à-dire le groupe dont la conjugaison est la plus simple. Il ne serait venu à l’esprit de personne, par exemple, de créer casserolir, sur le modèle de finir, ou casseroloir, sur le modèle de pouvoir. Non, casseroler est un verbe du premier groupe, construit sur le modèle d’aimer.

Comme je doute que le mot obtienne facilement l’assentiment des auteurs des principaux dictionnaires de la langue française, je me suis permis d’en créer moi-même l’article. J’espère que les auteurs du Petit Robert me pardonneront d’avoir un peu (beaucoup!) copié la forme de leurs articles…

Je me permets, au passage, de proposer d’autres dérivés. Casserolade, par exemple, pourrait être utilisé pour faire référence à l’action de casseroler et casserolant, -ante, pour parler de quelqu’un qui casserole. Casserolable, quant à lui, pourrait faire référence aux endroits plus propices à l’action de casseroler.

Ce contenu a été publié dans Linguistique, Société québécoise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à De casseroler…

  1. Chloé Baril dit :

    Merci pour cette reconnaissance du verbe. Autre création qui m’enthousiasme, l’expression « casseroles en cours ».

    Dérivée du mot-clic #manifencours utilisé par la police dans un premier temps, devenu #casserolesencours, mais dans ce cas utilisé surtout par les citoyens et quelques journalistes sur twitter, elle s’insinue doucement dans le langage parlé « Ce sera parfait pour les casseroles en cours de ce soir » (parlant d’une castagnette rouge trouvée dans un bac à jouets, par exemple). L’ajout du « en cours » permettant ici de suppléer à l’élimination, dans la langue française, du supin latin. Celui-ci, rendu dans la langue anglaise par les verbe en « ing », permettant d’indiquer une action en-train-de-se-faire. Ainsi, dans l’exemple précédent, de dire « Ce sera parfait pour le moment où nous serons en train de casseroler ce soir ».

  2. Anne-Marie Beaudoin-Bégin dit :

    Oui, tout à fait! C’est très intéressant! Ça le sera encore plus si jamais en cours est utilisé dans d’autre situations, par exemple cuisine en cours, promenade en cours, lecture en cours:-)

  3. Raymond Roy dit :

    Génial. Un petit détail cependant, l’orthographe du mot espagnol à corriger : «cacerolazo» au lieu de «caceroazo» (http://es.wikipedia.org/wiki/Cacerolazo).

  4. Chloé Baril dit :

    Le remplacement du pratique, mais inélégant, « en train de » par « en cours » est déjà attesté par l’usage (en tout cas, dans ma cellule domestique où l’on parle de « bain en cours » « café en cours » « jeu playmobil en cours »).

  5. Anne-Marie Beaudoin-Bégin dit :

    À Raymond: Ah! Je vais corriger cela dès que possible, merci!
    À Chloé: Allez, usageons, usageons!

  6. Anne-Marie Beaudoin-Bégin dit :

    Voilà, Raymond! J’ai fait la correction dans l’image! Ça m’apprendra à me fier à des sources non fiables!

  7. Isabelle Dionne dit :

    J’ajouterais Tintamarre comme synonyme. Les Acadiens se souviennent de la déportation par un tintamarre chaque année.

  8. Anne-Marie Beaudoin-Bégin dit :

    Oui, mais un nom ne peut être synonyme d’un verbe…

  9. Ping : Les Québécois pratiquent le dégagisme sans le savoir | L’Oreille tendue

  10. BM dit :

    Pour la philosophie de ce mouvement, on pourrait parler de casserolisme. Voir http://oreilletendue.com/2012/05/31/ne-degagez-pas-y-a-a-voir/.

  11. Bonjour Mme Beaudoin-Bégin,

    En passant sur le site Imagerie populaire, j’ai trouvé votre image définissant le mot « casseroler ». Je suis présentement chargée de projet pour une exposition du Musée des maîtres et artisans du Québec qui ouvrira en juin prochain. Sachant que nous aurons une zone de l’exposition intitulée « casserolez! », il me semble à propos de l’y présenter. Qu’en pensez-vous?

    Vous pouvez me joindre à cette adresse: projetcarrerouge@gmail.com

    Merci

    Eveline M-A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>